29 janvier 2006

Le Top 10 de Tyler pour 2005

En attendant de voir ce que 2006 nous réserve en matière de gros son, faisons donc un petit retour sur ce que l'année passée nous a apporté comme bonnes vibes. Voici un petit florilège des meilleurs albums venus aux oreilles de l'équipe Tyler en 2005.

NAS
Streets Disciple
(Columbia Records/Sony Music)
On n'y croyait plus vraiment et pourtant il l'a fait. Plus de dix ans après Illmatic, Nas signe un autre classique. Fait extrêmement rare en rap, Streets Disciple est un double album réussi, parce que structuré comme tel et non comme une simple collection de titres, agglutinés les uns aux autres sans ligne directrice forte. Ici, l'enfant prodige du Queens revêt les habits du compteur d'histoire et repousse encore les limites de sa créativité débordante, faisant évoluer son flow toujours impeccable en fonction des prods innovantes et inspirées de Salaam Remi et L.E.S. Ambitieux et parfaitement maîtrisé, Streets Disciple replace Nas sur le trône.
T.H.

DJ REVOLUTION
Class Of '85 & ABC's Of High Fidelity
(Millenia/Nocturne-On The Corner)
Décidément, Revolution ne s'arrête plus et enchaîne les compiles les unes après les autres avec toujours autant de flair et de toucher. Sur ses deux dernières productions, Class Of '85 (56 minutes de titres Old School cultissimes) et surtout ABC's Of High Fidelity (une heure de break-beats et de boucles obscures, mixés avec brio), il prouve une fois de plus qu'un vrai DJ est bien plus qu'un simple juke-box humain et que la platine est un instrument à part entière. Technicien hors pair, Rev' met toute sa maîtrise au service des disques sans jamais casser les oreilles de l'auditeur non spécialisé en turntablisme. Un pur bonheur.
T.H.

WAX TAILOR
Tales Of The Forgotten Melodies
(Under Cover Music/Naïve)
Tales Of The Forgotten Melodies, le premier opus du talentueux producteur français Wax Tailor, s'écoute comme on regarde un bon film. Les ambiances instrumentales finement ciselées par Mister Tailor mettent l'auditeur au cœur de l'action et du suspens, aux premières loges pour suivre l'histoire que racontent ses samples et ses arrangements. On ne sait pas tout à fait si on est dans un Hitchcock ou dans un film noir des années 60, mais le metteur en sons que voici s'y entend pour faire voyager l'imagination et créer des scénettes audio aussi évocatrices et visuels que des images. Les rares invités (Charlotte Savary, The Others…) rajoutent encore un peu de piment à cet opus déjà riche en saveurs.
T.H.

HOCUS POCUS
73 touches
(On And On Records)
Avec 73 touches, les Nantais de Hocus Pocus apportent un coup de fraîcheur bienvenu dans le rap made in France. Loin des thématiques catastrophistes et déprimantes de leurs confrères, eux s'orientent plutôt vers un Hip Hop organique et enjoué, vibrant de liberté et de passion. 20Syl, le producteur et MC du groupe, démontre tout au long de ces 13 titres de belles qualités de lyriciste et de cracheur de rimes, privilégiant toujours la cohérence et la compréhension de ses textes à des exercices de styles vains et complexes. Musicalement, HP se démarque des autres groupes par leur subtil mélange de samples et d'instrumentations live et redonne envie de croire au rap français…
T.H.

CORMEGA
The Testament
(Legal Hustle)
Autant le dire tout de suite, cet album est un classique ! Presque dix ans après son enregistrement, il nous est enfin donné d'entendre The Testament dans son intégralité. Def Jam avait mis ce disque au placard pendant des années avant que Cormega n'en récupère finalement les droits. Le son est daté, certes, mais il porte la marque d'une époque où le Queens donnait la cadence à tout le reste de New York. Avec des titres tels que "Montana Diary", "Dead Man Walking", "62 Pick Up" ou "One Love" (la lettre réponse à celle envoyée par Nas sur Illmatic), 'Mega a fait de cet album un petit bijou sur lequel ses lyrics acérés font merveille. A ne manquer sous aucun prétexte !
T.H.

DWIGHT TRIBLE & THE LIFE FORCE TRIO
Love Is The Answer
(Ninja Tune/Ping Pong)
Prenez un chanteur de jazz reconnu et respecté de ses pairs (Dwight Trible), mettez le en compagnie d'un producteur Hip Hop/électro de renom (Carlos Niño, la moitié d'Ammoncontact) et laissez mijoter les deux compères jusqu'à ce qu'ils débordent d'idées en tous genres. Saupoudrez d'une bonne dose de "beat-makers" ultra talentueux (Madlib, Sa-Ra Creative Partners, Daedelus, Platinum Pied Pipers…), vous n'avez plus qu'à servir chaud sur votre platine et à déguster ! Mélange de jazz et de productions "Hip Hopisantes" novatrices, cet album est une pure merveille qui ravira les mélomanes en manque d'expérimentations sonores réussies et enthousiasmantes.
T.H.

SEAN PRICE
Monkey Bars
(Duck Down/Nocturne/On The Corner)
Aww shit!! Sean Price, a.k.a. Ruck de Heltah Skeltah, est de retour en solo et il ne plaisante pas. Alors qu'on ne le pensait retiré du rap game, Sean Peeee!! nous sort un album comme il ne s'en fait plus. Beats hardcores, rimes "coups de batte de baseball" et flows imparables, les fans du Boot Camp Clik ne seront pas déçus par celui qui s'autoproclame le "ODB du BCC". "Peep My Words", "One Two Yall", "Onion Head", ou "Bye Bye" avec le "général" Buckshot sont autant de munitions à charger d'urgence dans votre walkman. La gouaille sans pareil du lascar, alliée un choix judicieux de prods explosives (9th Wonder, Khrysis, Ayatollah…), fait de ce LP une totale réussite. Boom Bye Yeah !!!!!!
T.H.

9th WONDER & BUCKSHOT
Chemistry
(Duck Down/Nocturne/On The Corner)
The king of flow is back ! Buckshot, le général du Boot Camp Clik est de retour en grande forme avec comme nouveau partenaire l'un des producteurs les plus recherchés du moment, 9th Wonder. Comme on pouvait s'y attendre, les productions pleines de soul de 9th se marient à merveille avec le débit fluide et chaloupé du BDI MC qui semble avoir retrouvé sa verve des années "I Got Cha Opin", "Buck 'Em Down" etc. En plus de l'excellent "No Comparison", "Now A Dayz", "The Ghetto" ou encore "Money Makes The World Go Round" avec Starang Wondah font de cet album un incontournable pour tous les fans de "vrai gros son" !
T.H.

OHMEGA WATTS
The Find
(Ubiquity/La Baleine)
Arrêtez tout !!!! Mais d'où sort ce type ? Apparemment, Ohmega Watts serait un MC/producteur/graphiste new-yorkais, re-localisé pour ses études dans l'Oregon, du côté de Portland. Quoi qu'il en soit, ce talentueux jeune homme signe un premier album de très haut vol sur l'excellent label Ubiquity. The Find ressemble à ce que pourrait donner un mélange de Midnight Marauders de A Tribe Called Quest, Bizarre Ride To The Pharcyde de Pharcyde et Quality Control de Jurassic 5. Bref un mélange de breaks beats savamment ajustés et de boucles jazzy enivrantes, le tout coiffé par le flow chaloupé et serein d'Ohmega Watts. Ce premier album met la barre très haut et on attend déjà avec impatience ses prochains projets. EXCELLENT !!!
T.H.

STEVE SPACEK
Space Shift
(Sound In Color/Nocturne)
Magistral ! Voilà comment on pourrait définir en un mot le premier album solo du chanteur britannique Steve Spacek. Après des années à arpenter les scènes et les studios avec son groupe Spacek, Steve accouche d'un album soul (ou neo soul, comme on veut) somptueux. Assurant lui-même une bonne partie de la production, il pose sa voix délicate avec une assurance et une finesse dignes de Marvin Gaye ou de Curtis Mayfield, mais tout en gardant sa personnalité propre. Les sons sont sobres et efficaces et s'inscrivent en plein dans la lignée de Jay-Dee ou des Platinum Pied Pippers, avec des basses filtrées entêtantes, des arrangements subtils et des beats limpides. J-Dilla signe d'ailleurs la production du premier single, l'imparable "Dollar". Un vrai bonheur pour les oreilles !!!
T.H.

2 commentaires:

Miss Bedaine a dit…

En voilà une sélection bien alléchante. Une petite mention spéciale pour Hocus Pocus : leurs concerts parisiens étaient mortels !! Je suis fan ! Et puis aussi pour Steve Spacek, le nouveau Marvin Gaye...

mamasan a dit…

je suis d'accord pour la mention spéciale Hocus Pocus ! je ne les ai pas vu en concert mais leurs morceaux sont vraiment bien !!